Procès Jonckheere – Eternit Belgique - 28-03-2017

Le tribunal a aujourd’hui rendu son verdict dans l’action intentée par Madame Françoise Vannoorbeeck. Elle était l’épouse de Monsieur Pierre Jonckheere, ancien collaborateur d’Eternit à Kapelle-op-den-Bos, une des entreprises d’Etex. Madame Vannoorbeeck est décédée des suites d’une exposition à l’amiante, qui remonte aux années 1950.

Etex reconnaît et déplore que des personnes soient tombées malades et soient décédées en raison de l’utilisation de l’amiante par le passé, y compris dans certaines entreprises d’Etex.

Nous allons à présent lire et analyser la décision du tribunal avec la direction d’Eternit Belgique.

3.000 applications dans un grand nombre de secteurs et de professions

L’amiante est un problème de société qui dépasse Eternit. Le minerai a en effet été utilisé dans le monde entier au milieu du siècle dernier, dans la plupart des grands secteurs industriels (isolation, construction, chimie, métal, chemins de fer, énergie…) et par d’innombrables entreprises.

En raison de ses propriétés d’isolation, de résistance à la chaleur et de renforcement des matériaux, l’amiante a par exemple été utilisé dans la fabrication de disques de freins sur les véhicules, pour l’isolation autour de conduites de chauffage, et dans un grand nombre d’appareils ménagers (fours, chauffage central, sèche-cheveux, grille-pain…). Il a également été utilisé comme amiante floqué dans la construction navale et les bâtiments. Compte tenu de ses propriétés ignifuges, l’amiante a même fait l’objet d’une promotion active par les pouvoir publics.

Conformément à l’évolution des connaissances scientifiques et de la législation, les entreprises d’Etex ont pris des mesures pour limiter l’exposition à l’amiante, pour ensuite en arrêter l’utilisation dans le monde entier en 2002. Une interdiction est entrée en vigueur en Europe en 2005. De nos jours, malgré tout ce que l’on sait sur ce minerai, l’amiante est encore toujours utilisée à grande échelle dans de nombreux pays (dont le Brésil, la Russie et la Chine).

Attitude circonspecte vis-à-vis du passé

Nous ne pouvons pas défaire le passé, nous ne pouvons qu’essayer de le gérer le mieux possible. C’est pourquoi les entreprises d’Etex mènent une politique qui reconnaît et indemnise les victimes, prévient l’exposition et soutient la recherche médicale et scientifique. Entre 2012 et 2020, nous aurons versé 6 millions d’euros à des chercheurs via la Fondation contre le Cancer.



Retournez à la vue d'ensemble