Un pas novateur vers des bâtiments « zéro énergie » - 31-03-2015

Saviez-vous qu’en Europe, le parc immobilier représente 40 % de la consommation totale d’énergie (1) ? De toute évidence, ce constat ouvre de nombreuses portes à la réduction de la consommation de pétrole, de gaz ou de charbon du continent. En 2008, l’Union européenne a fixé des objectifs ambitieux à l’horizon 2020. Parmi ceux-ci, une réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre – par rapport à la situation de 1990 – grâce à une plus grande efficacité énergétique. Dans le même temps, chaque État membre transpose ces objectifs clairs au sein de sa législation nationale. Mais au vu des efforts encore à réaliser, 2020 approche à grands pas.

D’ici là, l’UE vise à rendre toute nouvelle construction conforme au standard « zéro énergie ». En pratique, il s’agit d’arriver à des bâtiments à ce point frugaux en matière énergétique que le peu d’énergie encore nécessaire pourra entièrement provenir de sources renouvelables. Un objectif ambitieux, quand on sait que ces nouveaux bâtiments présenteront une efficacité énergétique deux fois supérieure à leurs homologues contemporains.

Mais rendre les nouvelles constructions moins énergivores n’est pas l’unique possibilité pour réduire la consommation énergétique européenne. Sur le vieux continent, 35 % du bâti résidentiel a vu le jour voici plus de 50 ans. En moyenne, ces bâtiments consomment 25 litres de combustible par mètre carré et par an. Certains vont même jusqu’à 60 litres. En comparaison, une nouvelle construction ne consommerait en moyenne que 4 litres. En rénovant d’anciens bâtiments tout en améliorant leur efficacité énergétique, l’UE réduirait de 5 à 6 % sa consommation totale d’énergie (2). Un défi de taille, cela ne fait aucun doute ! Mais un défi au sein duquel la construction sèche jouera un rôle clé. Et cela s’applique tant à la rénovation qu’aux nouvelles constructions.

SINIAT2

La filière sèche offre une réponse

Construire ou rénover à l’aide de blocs ou de briques implique l’utilisation d'éléments humides comme le ciment. Ce n’est pas le cas de la construction sèche, aussi appelée construction légère. Les structures sèches se composent d’une ossature en bois ou en acier isolée et bardée de plaques de construction à l’extérieur et à l’intérieur, comme les panneaux en fibre-ciment et en plâtre, d’Etex.

Les avantages sont innombrables. Premièrement, la construction sèche permet à tout bâtiment de répondre aux normes actuelles en termes d’isolation des murs extérieurs. Deuxièmement, il s’agit de matériaux plus faciles à démonter et 100 % recyclables. Conséquence : ces bâtiments sont nettement plus durables que les constructions traditionnelles.

La construction sèche permet aussi d’obtenir des murs moins épais que ceux rencontrés avec les méthodes traditionnelles. En outre, les bâtiments sont plus rapidement à l’abri des intempéries lors des chantiers. Davantage de surface habitable et un temps de construction réduit offrent aux constructeurs et aux investisseurs un retour sur investissement plus rapide et plus élevé.

SINIAT3

Accélérer l’innovation et proposer des solutions testées dans des conditions réelles

Pour répondre à l’ensemble des besoins du marché, Siniat propose des systèmes de construction légère testés et approuvés. C’est ici que la « Hot Box-Cold Box » intervient : il s’agit d’un nouvel équipement de test mis au point par le centre de Recherche et Développement de Siniat basé en France. Les équipes de Siniat ont ainsi installé un mur d’essai grandeur nature entre deux pièces à température contrôlée, simulant les conditions climatiques extérieures et intérieures. Une première mondiale !

Ce procédé permet de mesurer, dans des conditions réelles, l’efficacité énergétique, l’étanchéité à l’air et le comportement face à l’humidité des solutions composées de panneaux en fibres-ciment et en plâtre. La Hot Box-Cold Box peut atteindre des niveaux d’humidité jusqu’à 95 % (simulant un climat tropical humide) et recréer artificiellement des températures entre -30°C et + 50°C.

Les plus petits détails peuvent avoir un impact majeur sur la performance d’un système hautement isolant. En mettant nos solutions de construction sèche à rude épreuve, la Hot Box-Cold Box garantit les performances énergétiques de ces dernières. Un atout crucial puisque nous aspirons à relever les défis actuels et futurs du secteur de la construction.

* (1) Ces données proviennent de l’Economist Intelligence Unit (EIU). Dans un récent rapport, l’EIU met clairement en évidence les possibilités d’économie d’énergie en Europe.
(2) http://ec.europa.eu/energy/en/topics/energy-efficiency/buildings

SINIAT 1

Photographe: Christophe Grilhé


Retournez à la vue d'ensemble