Résultats et Rapport annuel 2020

En bref :

  • Baisse du chiffre d’affaires de 3,1% à données comparables, principalement due à l’impact de la pandémie de COVID-19
  • Hausse significative du REBITDA de 10,9% à données comparables, principalement attribuable à l’effet combiné d’une amélioration des marges et de frais généraux contenus
  • Progression significative du résultat net récurrent (part du Groupe) à 215 millions EUR (+ 15,1 %), un nouveau record
  • Flux de trésorerie disponible avant dividendes, acquisitions et cessions record à 313 millions EUR
  • Dette financière nette au niveau le plus faible jamais enregistré à 15 millions EUR
  • Dividende sur le bénéfice de 2020 : le Conseil d’administration propose 0,70 EUR par action
  • Perspectives 2021 : carnet de commandes positif au premier semestre, incertitude concernant le second. Le chiffre d’affaires pourrait être affecté par la volatilité liée au COVID-19 cette année et la suivante
  • Rapport annuel 2020 (uniquement en version digitale) disponible sur https://www.etexgroup.com/annualreport2020

Commentaire de Paul Van Oyen, CEO d’Etex : « 2020 a été une année de gestion de crise et de résilience, mais aussi une année marquée par la concrétisation de notre stratégie. Dans tout ce que nous avons entrepris au cours de cette année sans précédent, notre priorité numéro un était – et reste – la sécurité et le bien-être de nos collaborateurs. Etex est rapidement passé en mode « gestion de crise », créant une équipe dédiée à cette mission, mettant en œuvre des mesures ambitieuses de contrôle des coûts et intensifiant la communication avec ses collaborateurs. Pour maintenir la confiance de nos équipes et permettre à nos dirigeants sur le terrain de prendre les mesures adéquates, nous avons renforcé la prise de décision à l’échelle locale. Du côté des usines, nous avons rapidement fermé bon nombre de sites pendant plusieurs semaines et défini des règles de sécurité très strictes. Nous n’avons jamais perdu de vue notre objectif, et “Inspirer des modes de vie” demeure notre contribution concrète au monde malgré une multitude d’obstacles.

Par conséquent, je suis fier d’annoncer qu’Etex a résisté à la tempête. Nous avons enregistré des progrès considérables par rapport à notre feuille de route stratégique, notamment en cédant nos derniers actifs de la division Residential Roofing et en réalisant un certain nombre d’acquisitions majeures dans nos activités de plaques de plâtre, de protection passive contre l’incendie et de construction modulaire. Sur le plan financier, la pandémie de COVID-19 a naturellement pesé sur le chiffre d’affaires de toutes nos divisions, à l’exception de Residential Roofing. Pour autant, Etex a réalisé une performance exceptionnelle en termes de rentabilité, enregistrant une augmentation de 10,9% du REBITDA à données comparables. Par ailleurs, notre résultat net récurrent (part du Groupe) est en hausse de 15,1%, et la société n’est actuellement presque plus endettée.

Notre chiffre d’affaires pourrait être affecté cette année et la suivante, mais nous sommes portés par notre culture de la performance et par une volonté accrue de nous concentrer sur la durabilité de nos activités et sur le service client. Les acquisitions que nous avons réalisées en 2020 alimenteront notre croissance future sur des marchés à fort potentiel. En 2021, nous continuerons à identifier de nouvelles opportunités, car nous sommes actuellement en excellente position pour réaliser des investissements importants.

Enfin, lors de l’Assemblée générale des actionnaires d’Etex du 26 mai 2021, Jean-Louis de Cartier de Marchienne aura atteint le nombre maximum de mandats successifs pour un Président de Conseil d’administration. Par conséquent, lors du premier Conseil suivant l’Assemblée générale des actionnaires, Johan Van Biesbroeck sera proposé comme successeur au poste de Président. Je souhaite profiter de l’occasion qui m’est donnée pour remercier Jean-Louis pour son esprit d’entreprise, son dévouement et son soutien à l’équipe de management exécutif. Depuis 2006, il a accompagné Etex à travers des moments difficiles, comme la crise financière de 2008 et la pandémie actuelle de COVID-19, mais aussi à travers de nombreuses réalisations stratégiques, comme l’acquisition de Lafarge en 2011, la cession de notre activité de céramique en 2016 ou la cession récente des activités de Residential Roofing. Sous sa direction, l’entreprise a en outre amélioré sa gouvernance.  Le Conseil d’administration et les employés d’Etex reconnaissent et saluent son rôle essentiel dans les succès de l’entreprise. »

Rapport annuel 2020 : les collaborateurs d’Etex racontent leurs succès

Dans le rapport annuel consacré à nos performances et réalisations en 2020, nous avons mis en lumière quatre « histoires inspirantes » :

  • Dans le cadre de nos projets numériques, l’équipe de la chaîne d’approvisionnement et du service client en Amérique latine a déployé une plateforme de service client multicanaux qui servira de base à l’offre d’une expérience client exceptionnelle dans le monde entier.
  • Pour répondre aux besoins de nos clients sur des marchés où nous n’avons pas d’implantation industrielle en fibre-ciment, la division Exteriors s’appuie sur des organisations compactes réparties dans le monde entier. Opérant depuis ces bureaux de proximité, nos collègues partagent leurs défis et succès.
  • Alors que les normes et standards de sécurité des bâtiments jouent un rôle de plus en plus essentiel dans les constructions neuves, l’équipe d’Etex en Inde contribue de manière proactive à façonner le marché des portes coupe-feu grâce à un partenariat axé sur l’innovation avec Narsi, l’un des fabricants indiens de solutions de construction haut de gamme.
  • Tecverde, spécialiste des technologies en ossature bois, a collaboré sur un projet ambitieux avec l’entreprise Brasil ao Cubo, à savoir la construction et l’extension d’un certain nombre d’hôpitaux au Brésil afin d’atténuer la pression de la pandémie.

En complément au rapport annuel, les lecteurs découvriront une vidéo dans laquelle le CEO d’Etex, Paul Van Oyen, engage une discussion à distance avec six collègues qui expliquent comment, l’an dernier, l’entreprise s’est préoccupée des personnes, de la sécurité, de la performance, de la stratégie, de la construction légère… et du monde.

Visionnez la vidéo et/ou téléchargez l’intégralité du rapport annuel



Chiffre d’affaires sous pression, mais performance remarquable en termes de rentabilité et dette nette historiquement faible

Evolution du REBITDA entre l’exercice 2019 et l’exercice 2020 (en millions EUR)

En 2020, Etex a enregistré une diminution de son chiffre d’affaires de 3,1% à données comparables (à périmètre et taux de change constants) à 2,616 milliards EUR. Ce recul est inférieur à la récession économique mondiale en 2020. La baisse du chiffre d’affaires est due aux mesures strictes de confinement qui ont été prises dans plusieurs régions, principalement au deuxième trimestre, entraînant une contraction de la demande du marché et la fermeture temporaire de plusieurs usines. Malgré un investissement important dans nos marques, une amélioration des niveaux de service et un mouvement de rattrapage des ventes observé après le confinement, toutes les divisions d’Etex ont enregistré une baisse de leur chiffre d’affaires, à l’exception de Residential Roofing. L’effet périmètre négatif de 4,2% s’explique principalement par la cession de nos activités Residential Roofing au Royaume-Uni et au Portugal en 2019, et en Afrique du Sud mi-2020. Cet impact a été partiellement compensé par l’acquisition, en 2020, de FSi Limited, une entreprise spécialisée dans la protection passive contre l’incendie au Royaume-Uni. L’effet négatif résiduel de 3,7% sur le chiffre d’affaires est principalement dû à la dépréciation du peso argentin et chilien, du réal brésilien et du naira nigérian. En incluant le changement de périmètre, les effets de change et de comptabilisation de l’hyperinflation, le chiffre d’affaires a reculé de 11,0%.

Le cash-flow d’exploitation récurrent (REBITDA) a atteint 484 millions EUR, ce qui représente une hausse de 10,9% à données comparables. Cette performance exceptionnelle dans des circonstances sans précédent s’explique surtout par l’effet combiné d’une amélioration des marges et de frais généraux contenus. Les marges se sont améliorées grâce à un mix de produits favorable ainsi qu’à la réduction des coûts, aussi bien dans nos achats externes que dans nos propres processus de production. Les frais généraux ont été rigoureusement contrôlés depuis le début de la pandémie de COVID-19, avec une baisse de 5,9% à données comparables à la clé, contre 3,1% de baisse du chiffre d’affaires à données comparables. En conséquence, la marge de REBITDA a atteint son plus haut niveau historique à 18,5%, contre 16,4% en 2019, malgré des effets négatifs de périmètre (6,1%), de taux de change et de comptabilisation d’hyperinflation (4,6%) par rapport à 2019.

Le résultat net récurrent (part du Groupe) d’Etex a augmenté de 15,1% à 215 millions EUR en 2020, ce qui constitue une nouvelle performance record. Les éléments non récurrents sont liés aux restructurations et réductions de valeur consécutives (principalement liées à la fermeture de notre usine de production de papier pour plaques de plâtre en France), ainsi qu’à d’importantes plus-values sur la cession d’actifs et d’entreprises non opérationnels. Le résultat net de la société a atteint 201 millions EUR en 2020, ce qui correspond à une hausse de 11,4% sur un an.

Fin décembre 2020, la dette financière nette d’Etex a diminué à 15 millions EUR, ce qui représente une baisse de 316 millions EUR par rapport à son niveau de fin décembre 2019 (331 millions EUR). Cette réduction reflète la forte génération de flux de trésorerie disponible qui s’élevait à 313 millions EUR avant dividendes, acquisitions et cessions (contre 152 millions EUR en 2019) et, dans une moindre mesure, le produit de cessions net d’acquisitions. La dette nette de 2020 intègre l’effet favorable du programme d’affacturage sans recours qui s’élevait à 159 millions EUR en fin d’année (contre 154 millions EUR fin 2019). En excluant l’impact de ce programme, la dette financière nette aurait atteint 174 millions EUR (contre 485 millions EUR fin 2019). Le ratio dette financière nette/REBITDA de l’entreprise est passé de 0,5x en 2019 à -0,2x en 2020. Si l’on exclut l’effet favorable du programme d’affacturage sans recours, ce ratio est passé de 1,0x à 0,4x sur un an.

Lors de l’Assemblée générale des actionnaires du 26 mai 2021, le Conseil d’administration d’Etex proposera, en plus de la hausse habituelle de 10%, une augmentation exceptionnelle du dividende sur le bénéfice de 2020 de 10% supplémentaires, à 0,70 EUR par action (+20,7% au total).



Chiffre d’affaires par division

Contribution à l’évolution du chiffre d’affaires entre l’exercice 2019 et l’exercice 2020 (en millions EUR)

Building Performance a enregistré une baisse de 3,4% à données comparables de son chiffre d’affaires pour atteindre 1.639 millions EUR, en raison de la pandémie de COVID-19 qui a touché presque toutes les régions. Le chiffre d’affaires a été fortement impacté dès la mi-mars, plus particulièrement en Europe du Sud-Ouest, en Amérique latine et au Royaume-Uni, et sa baisse n’a pu être que partiellement compensée par de solides performances en Europe de l’Est. Le segment retail a peu subi les effets de la pandémie grâce à l’augmentation des activités de bricolage et de rénovation, tandis que le segment des projets a été fortement touché dans certaines régions. Building Performance a réussi à améliorer ses performances dans un contexte de pandémie grâce au rebond des ventes au second semestre de l’année, au rattrapage des volumes qui avaient été fortement touchés au deuxième trimestre, et aux économies de coûts (y compris dans les achats) qui ont partiellement compensé les effets du COVID-19. En 2020, le ratio d’innovation de Building Performance a atteint le même niveau qu’en 2019. À l’échelon mondial, près de trente nouveaux produits ont été introduits, dont des technologies innovantes et exclusives comme Defentex.

Le chiffre d’affaires de notre division Exteriors (569 millions EUR) a été impacté par une réduction de 4 millions EUR à données comparables (soit -0,7%), principalement imputable aux Pays-Bas (arrêt des subventions et crise de l’azote dans le pays), à l’Irlande, à l’Europe du Nord et au Pérou (tôles ondulées). Dans le segment résidentiel, tous les marchés européens se sont bien repris au second semestre, portés par une forte activité dans la réparation, l’entretien et l’amélioration de l’habitat. La division Exteriors a bien résisté grâce à ses segments revêtements et ardoises, qui ont connu une hausse globale de leurs ventes en 2020, sous l’impulsion d’un marché de la rénovation fort. Le segment architectural a souffert de l’absence de nouveaux projets, directement liée à la crise du COVID-19 et, comme en 2019, les activités de fibre-ciment ont subi les effets de leur exposition aux tendances lourdes du secteur agricole.

Residential Roofing, hors activités cédées au Royaume-Uni et au Portugal en 2019, a enregistré en 2020 une hausse de son chiffre d’affaires de 4,9% à données comparables, pour atteindre 253 millions EUR. Ce résultat est principalement dû à la meilleure performance de Creaton en Allemagne et en Pologne. Les volumes sont restés stables, mais une amélioration du mix produit a entraîné un effet positif sur le chiffre d’affaires.

Industry a enregistré une diminution de son chiffre d’affaires de 18,9% à données comparables à 144 millions EUR. Le COVID-19 a eu de lourdes conséquences pour la division dans presque toutes les régions, l’Allemagne et l’Autriche ayant davantage été préservées. Dans l’ensemble, tous les segments ont souffert. Une lente reprise est attendue dans les segments Pétrole & Gaz et Transport, tandis que des signes de reprise ont été observés dans d’autres segments dès le second semestre de l’année dernière.

Le chiffre d’affaires de New Ways a reculé de 8,9% à 10 millions EUR, principalement affecté par les conséquences de la pandémie sur le marché britannique. Le chiffre d’affaires de New Ways exclut nos participations non consolidées dans plusieurs filiales communes.